L’école itc Quimper, 40 étudiants en alternance pour la rentrée !

Tristan Viu, directeur adjoint et Chloé Quéguiner qui l'assiste pour cette rentrée, hier dans le hall d'accueil de l'école.

Tristan Viu, directeur adjoint et Chloé Quéguiner qui l’assiste pour cette rentrée, hier dans le hall d’accueil de l’école.

ITC, école supérieure privée de management et de commerce, ouvre ses portes la semaine prochaine à Quimper. Cette première année, une quarantaine d’étudiants du BTS au bac +5, est annoncée, tous inscrits en alternance. Les locaux d’ITC Quimper sont prêts. « Il nous manque juste quelques accessoires pour la cafétéria », précise Tristan Viu, le directeur quimpérois. Les premiers étudiants sont attendus la semaine prochaine.

La nouvelle école s’est installée dans des locaux situés rue François-Muret-de-Pagnac à Créac’h-Gwen (derrière le Mc Do). ITC Quimper est un prolongement d’ITC créé en 2000 à Saint-Brieuc. « Il manquait des formations dans le domaine management commerce jusqu’à bac + 5, à Quimper, précise Tristan Viu, le fils du créateur. Et il y a de la demande. Nous proposerons, à Quimper, les mêmes formations : trois BTS en deux ans (management des unités commerciales, assistant de gestion PME/PMI et négociation-relation client) ; deux formations bac +3 en un an (responsable développement commercial et marketing et ressources humaines/paie) et un master bac +5 en deux ans (manager de la stratégie et de la politique commerciale) ».

 

L’atout de l’alternance

« Toutes ces formations sont faites par alternance, c’est-à-dire que les étudiants passent chaque semaine 20 heures en entreprise et quinze heures à ITC où ils sont encadrés par une vingtaine de formateurs. Nous aidons les étudiants à trouver des entreprises d’accueil. À Saint-Brieuc, dans 60 % des cas, c’est ITC qui a trouvé l’entreprise. À Quimper, j’y travaille depuis un an ». La plupart du temps il s’agit de contrat de professionnalisation ce qui permet à l’étudiant de toucher une rémunération entre 55 et 80 % du Smic selon son statut. « Nous essayons d’éviter les entreprises qui proposent des conventions de stage moins intéressantes », précise le directeur. L’autre avantage de l’alternance est que les frais de scolarité sont pris en charge par l’entreprise d’accueil via l’organisme collecteur pour la formation professionnelle auquel elle cotise obligatoirement. « Cette formule permet aussi un bon taux de placement à l’issue des études, ajoute Tristan Viu. À Saint-Brieuc où nous avons 130 étudiants, il est de 84 % ». Cela obligera aussi Tristan Viu à rechercher en permanence de nouvelles entreprises d’accueil, car quand les postes sont pourvus, celles-ci sont moins disposées à signer de nouveaux contrats de professionnalisation.
© Le Télégramme  http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/itc-40-etudiants-pour-la-1r-e-rentree-01-09-2016-11200842.php#sjrJxeu0qYJRkSdy.99